Axa Banque
Consommation
 
Ethique
 
Famille
 
Immobilier
 
Placement et Fiscalité
 
Sécurité et Paiement
 


1_h2_art_dm_vacancesSurPlac.gif

Vacances : sur place

Sans être trop pessimiste, il est inutile de se voiler la face : tout peut arriver, même en vacances et à l'autre bout du monde ! Le mieux est donc de s'organiser et de prévoir pour minimiser le plus possible un quelconque problème qui viendrait ternir ces douces journées.


Vous vous retrouvez en "surbooking"... ? ! 

Pour optimiser leur rentabilité, certaines compagnies aériennes vendent plus de places qu’il y en a de disponibles, en tablant sur des absences. Quand plus de clients se présentent que prévus, il y a surbooking (on appelle cela aussi la surréservation).

Cette pratique n’est pas illégale, mais elle peut vous causer des désagréments : Vous êtes refusé à l’embarquement et vous ne pourrez pas arriver à destination au moment prévu. La compagnie aérienne est tenue de vous verser une indemnité compensatoire :

- 250 euros pour les vols de moins de 1500 km
- 400 euros pour les vols de 1500 à 3500 km
- 600 euros pour les vols de plus de 3500 km
(Cette compensation peut être réglée en espèces ou en bons voyages.)

En plus de cette indemnité, vous pouvez demander le remboursement de votre billet, ou le réacheminement vers un autre vol.

De même, vous avez parfaitement le droit de demander d’être pris en charge dans l’attente d’un vol ultérieur. (Appels téléphoniques, repas, rafraîchissements, hébergements…)

Pratique !
Ne quittez pas l'aéroport sans avoir reçu ces engagements par écrit
Si vous n'êtes pas pressé, n'hésitez pas à accepter le surbooking, les 300 € permettraient quelques extras...

 

Et sans bagages à l'aéroport ! 

Il n’y a rien de plus désagréable que de commencer ses vacances par ce genre de contre temps !

Vos bagages peuvent être endommagés, perdus, ou volés, le résultat est le même : vous n’avez plus d’affaires ! La compagnie aérienne est en général responsable de la perte de vos bagages à compter de l’enregistrement.

Depuis le 24 Juin 2004, en cas de pertes ou de dommages importants sur vos bagages, c’est la Convention de Montréal qui s’applique (elle concerne 54 pays dont les Etats de l’Union Européenne, les Etats-Unis, le Canada, le Japon, le Mexique, la Nouvelle Zélande…) Vous pourrez alors être indemnisé à hauteur de 1200 euros par passager.

Dans tous les cas, vous devrez adresser une demande d’indemnisation à la compagnie concernée dans un délai maximum de 21 jours. Passé ce délai, vos bagages ne sont plus considérés comme perdus.

Si vous possédez une carte Visa premier qui inclut une garantie « vol, détérioration ou perte de bagages », vous pourrez être dédommagé de vos dépenses de première nécessité dues au retard de vos bagages, jusqu’à 250 € par voyage. Elle vous assure aussi le remboursement de vos bagages, jusqu’à 800 € en cas de perte, vol ou détérioration, un bon coup de pouce pour vous racheter deux maillots, trois tee shirts, une trousse de toilettes, et bien sûr une nouvelle valise pour ranger tout cela !

Vous pouvez également souscrire une assurance de ce type auprès de votre agence de voyages ou de la compagnie aérienne.

Pratique !
Les conseils sur le site officiel du service public, rubrique "Vacances, loisirs"

 

Vous vous blessez ou tombez malade... 

Dans un pays hors Union Européenne, l’Ambassade de France pourra vous mettre en relation avec un médecin parlant français. Vous n’aurez droit à aucun remboursement, mais conservez précieusement vos factures afin de pouvoir demander une prise en charge lors de votre retour en France à votre Caisse d’Assurances Maladie, qui jugera de l’urgence de votre situation.

Dans un pays appartenant à l’Union Européenne, la carte européenne d'assurance santé (qui remplace le formulaire E111) prouvera votre situation d’assuré et vous évitera de régler une partie des frais si vous tombez malade. Grâce à votre carte Visa, les frais médicaux sont avancés par Europ Assistance France jusqu’à 11000 €.


Si vous possédez une complémentaire santé qui vous couvre dans le monde entier, vous aurez sans doute besoin d’avancer les frais restants. Si vous avez besoin d’être rapatrié, grâce à votre carte Visa, les médecins d’Europ Assistance, gèrent votre transport pour le retour sur votre lieu de résidence, ou votre rapatriement en France.

Pratique!
Toutes les informations nécessaires sur le site de la Sécurité Sociale

 

Quand soudain, plus de carte bleue... 

Première hypothèse à envisager : votre carte bleue ne fonctionne plus… Dans ce cas, contactez directement votre Banque, idéalement ouverte 24h/24, surtout s’il y a un décalage horaire.

S’il s’agit d’un problème de plafonds d’achat ou de retrait, votre Banque pourra modifier sur-le-champ celui qui concerne les achats, si la situation de votre compte le permet.


Seconde hypothèse : Malheureusement, vous perdez ou vous vous faites voler vos moyens de paiement :

Là aussi, contactez au plus vite votre Banque pour faire opposition ou appelez au numéro interbancaire de mise en opposition : le 0892 705 705 (serveur vocal accessible 24h/24 et 7 jours/7, 0.34€/min).

Vous pouvez également appeler immédiatement le numéro du centre local d'opposition Visa disponible sur le site carte-bleue Visa ou composer le numéro de Visa aux USA en PCV au + 1 410 581 38 36 et demandez un opérateur qui parle français.

N’oubliez pas de porter plainte s’il s’agit d’un vol. Si vous possédez l’Assurance Cartes, Clés, Papiers de Axa banque, vous bénéficierez du remboursement des paiements effectués entre le moment ou vous perdez ou vous faites voler votre carte et celui où vous faites opposition.


Une fois effectuées toutes ces démarches, vous n’avez tout de même plus de carte bleue… Contactez votre Banque afin qu’elle mette à votre disposition quelques liquidités au guichet d’une Banque locale partenaire. Ce n’est pas toujours possible. Sinon, appelez une connaissance en France pour qu’elle vous envoie des fonds.

Pratique !
Le numéro du centre local d'opposition Visa sur le site carte-bleue.com, rubrique Urgences
Le numéro d'AXA Banque, 24h/24, et 6j/7 depuis l'étranger : +33 1 71 25 93 60

 

Vous perdez votre billet retour 

La règle est simple : moins votre billet sera cher et moins vous aurez de chance de vous voir rembourser votre billet.

Contactez directement l’agence de voyages par laquelle vous êtes passé, ou la compagnie aérienne usitée. En attendant, si vous avez le moindre problème d’hébergement ou de papiers, n’hésitez pas à vous rendre au Consulat.

Pratique !
Il faut y penser, mais il est judicieux de photocopier son billet avant le départ.

 

Quels souvenirs ramener ? 

Deux réglementations bien distinctes : au sein de l'Union Européenne et dans le reste du monde.

Depuis le 1er Juillet 1993, la libre circulation des biens est assurée en Europe. Si vous achetez des biens dans un Etat membre de l’UE, vous pouvez procéder à autant d’achats que vous voulez, car d’après ce principe, il n’y a pas de limitation de quantité ou de valeur. Cependant, attention, car certains produits dits « sensibles » sont soumis à des contrôles, comme les armes, les animaux, les biens culturels, les alcools, certains végétaux… Si vous désirez ramener chez vous ce type de produits, vous devez en faire une consommation uniquement personnelle, à l’exclusion donc de tout commerce.

En revanche, si vous avez voyagé dans un pays extérieur à l’Union Européenne, des marchandises sont totalement interdites à l’entrée en France : soyez vigilants quant à la provenance de vos produits et leurs natures, la contrefaçon est totalement interdite, et constitue un délit passible d’une peine d’amende ou d’emprisonnement.


Pour plus de renseignements, connectez-vous sur : http://www.douane.gouv.fr

Attention, les DOM et les TOM ont des conditions particulières. Des seuils particuliers de quantités sont attribués aux marchandises provenant des départements d’outre mer. Vous pouvez les consulter sur le site des douanes.